Please reload

Posts Récents

Nouveau Cours de Yoga sur Toulon-Ouest !

September 22, 2019

1/10
Please reload

Posts à l'affiche

Un Jour, Une Posture... Vīrabhadrasana II

March 5, 2019

 Vīrabhadrasana, la Posture du Guerrier

 

Vīrabhadrasana signifie « la posture du Guerrier » (Virabhadra = Nom d'un Guerrier ; Asana = Posture). Elle fait parti des postures les plus connues dans la pratique du yoga et se décompose en trois variations : Vīrabhadrasana I, II et III. Je vous détaillerai la pratique des Guerriers I et III dans un prochain article.

C'est une posture qui est assez facile à pratiquer dès le commencement de sa pratique mais elle n'en possède pas moins de grands bénéfices.

 

L'Histoire de la Posture du Guerrier

 

Daksa célébrait un jour un grand sacrifice, mais il n'avait pas invité sa fille Sati, ni son gendre Siva, le prince des dieux. Sati se rendit tout de même au sacrifice, mais l'insulte et l'humiliation étaient si grande qu'elle se jeta dans le feu et mourut. Lorsque Siva l'apprit, il se sentit gravement provoqué ; arrachant un cheveu de son chignon tressé, il le jeta sur le sol. Un puissant héros Virabhadra, en sortit et se mit à ses ordres. Siva le chargea de conduire son armée contre Daksa et de détruire son sacrifice. Virabhadra, puissant comme un guerrier inégalé partit, alla au sacrifice, détruit tout devant les dieux de la Terre et de l'espace déjà présents. Il détruit absolument tout et tua Daksa en le décapitant. En faisant cela, il s'opposait à des dieux terribles tels que Brahma, Vishnu, Rudra, Indra... tous détenteurs d'une extraordinaire puissance. Toutes ces puissances réunies s'élevèrent contre Virabhadra et il fut presque vaincu. Presque. Il puisa dans son propre héroïsme, la force de rentrer à la demeure de Siva et de ramener la dépouille de Sati. Il était blessé, presque détruit, mais il réussit sa mission et déposa Sati aux pieds de Siva.

Le regard de feu de Siva retransforma Virabhadra en un cheveu et Siva le remit dans son chignon.

Siva, accablé de douleur par la perte de Sati, pleura sans fin, embrassant le corps de Sati ignorant la mort, tant elle était belle. Il se retira au mont Kailas. La légende dit que Siva pleura tant que les eaux du monde montèrent dangereusement. Mais un autre problème se posait : Daksa étant mort, il n'y avait plus de maitre des sacrifices et sans offrandes régulières, que deviennent les dieux ? Alors, l'ensemble des dieux vient implorer Siva d'arrêter de pleurer, de se ressaisir, de reprendre son ascèse et de redonner un corps vivant au maitre des sacrifices. Siva demanda alors à un serviteur d'amener la tête du premier animal qu'il rencontrerait. Ce fut la tête d'un bouc que le serviteur ramena. Elle fut placée sur le corps décapité de Daksa, et c'est ainsi qu'est sa représentation actuelle.

Siva partit ensuite marcher dans le monde, avec la dépouille de Sati sur le dos. Mais le corps tombait en morceaux : ici tombait un bras, là une jambe... On dit que chacun des endroits où s'est déposé un morceau du corps de Sati, est devenu un lieu saint de la Sakti (c'est pour cela qu'on trouve en Inde plusieurs lieux saints dédiés à Siva et Sakti).

 

Cette histoire est racontée par Kalidasa dans son grand poème Kumara sambhava (La naissance du Seigneur de la guerre). Elle symbolise les qualités que l'on va trouver dans la posture : elle est puissante, héroïque, nécessite  de l'endurance et développe en nous ces mêmes qualités.