Please reload

Posts Récents

Nouveau Cours de Yoga sur Toulon-Ouest !

September 22, 2019

1/10
Please reload

Posts à l'affiche

Un Jour, Une Posture... Utthita Trikonasana

April 2, 2019

 Utthita Trikonasana A & B

 

Utthita Trikonasana signifie « la posture du Triangle étiré » (Utthita = Levé, étendu, étiré ; Trikona = Triangle ; Asana = Posture). Elle se décompose en deux versions A et B. La version B est également appelée Parivrtta Trikonasana (Parivrtta = Retourné, vrillé) et constitue la pose complémentaire de la version A.

 

« Le buste est étiré sur le côté, dans une notion d’allongement de la colonne vertébrale. Comme la  tige d’une fleur qui monte, qui s’étend et qui va éclore tout en haut, avec la tête. La sève monte par la tige, comme le Prana monte depuis le bassin ».

 

 

Trois Triangles, Trois Gunas...

 

Métaphoriquement, Trikonasana peut symboliser la cohabitation des trois Gunas présents en chacun d'entres nous, via les trois triangles que la posture dessine. En effet, les Gunas, au nombre de trois, Tamas (représente la fixité, à l’ancrage, la lourdeur), Rajas (est associée à la passion, à tout ce qui est animé, à tout ce qui bouge et change) et Sattva (qui symbolise la transparence, la pureté, la lumière, la clarté) sont représentés et s'unissent lors de la pratique de cet asana. Cette "trinité" que nous formons en nous-même avec Utthita Trikonasana, symbolise l'union du corps ancré (la stabilité de Tamas), du souffle (mouvement représenté par Rajas) et du pur esprit (la lumière de Sattva).

 

 Utthitha Trikonasana B - Illustration des Trois Triangles qui se dessinent dans la posture.

 

 

Ainsi trois triangles se dessinent lorsque Trikonasana est pratiqué :

 

1. Le premier triangle est formé par la jambe gauche, la jambe droite et le sol. Symboliquement, il matérialise Tamas, l’ancrage immuable qui sécurise, l’assurance dans la certitude d’être fermement établi dans sa base. En effet, dans cette posture, les jambes doivent être solides, « les pieds sur terre » et même enracinés dans la terre pour pouvoir garder la meilleure stabilité possible. L’harmonie consiste à maintenir ces fondations suffisamment résistantes pour ni s’écrouler, ni s’effondrer, ni s’envoler, tout en veillant à conserver une certaine souplesse permettant de rester libre.

 

2. Le deuxième triangle est formé par l’abdomen, la poitrine ainsi que la jambe et le bras reliés par leurs extrémités (la main en contact avec le sol). Dans cette position, le ventre est posé contre la cuisse ce qui vient activer le feu digestif (Agni). On peut relier la chaleur qui s’en dégage à l’ardeur définissant Rajas. On y retrouve également le caractère changeant et mouvant propre à Rajas. Lorsque la posture s’immobilise dans le statique, en réalité, le corps continue à bouger, animé par le Souffle qui s’y manifeste : à l’inspiration, la cage thoracique et le ventre se déploient, de l’espace s’insère entre chaque vertèbre et le dos se redresse ; à l’expiration, le corps se rassemble vers son centre, de l’extérieur vers l’intérieur. C’est ce retour vers soi à l’expiration qui permet de trouver l’équilibre en évitant la dispersion et l’égare